La lutte des maçons a démarré
Les entrepreneurs doivent négocier. Les travailleurs de la construction se mobilisent dans toute la Suisse

Mobilisation générale dans la construction. Les maçons luttent pour une convention collective nationale améliorée, avec des protections contre les intempéries et le dumping salarial. Ils descendent aussi dans la rue pour défendre leur retraite à 60 ans. La Société suisse des entrepreneurs est priée de s'asseoir à la table des négociations.

L'heure est à la mobilisation pour les maçons partout en Suisse. A l'appel de leurs syndicats, Unia et Syna, des milliers d'entre eux ont participé ou participent aujourd'hui aux journées d'actions et de débrayages prévues entre le 9 et le 11 novembre.
Plus de 3000 maçons ont ouvert les feux lundi en quittant leurs chantiers et en manifestant à Bellinzone, dans la capitale du Tessin. Hier, c'est en Suisse alémanique que les travailleurs de la maçonnerie et du génie civil ont protesté sur de nombreux chantiers pour que la Société suisse des entrepreneurs (SSE) accepte enfin de rentrer en négociations afin d'améliorer la Convention nationale du secteur principal de la construction (CN) et renonce au démantèlement des prestations de la retraite anticipée. Les maçons de tout le pays ne se satisfont pas de la volonté de la SSE de prolonger en l'état leur CN qui arrive à échéance fin décembre. Ils exigent davantage de protections en cas d'intempéries et des mesures concrètes pour combattre la sous-enchère salariale. Ils exigent aussi une solution viable pour la retraite à 60 ans, un acquis crucial pour ces travailleurs soumis à des tâches pénibles et usantes. Or la SSE refuse les propositions syndicales en la matière, soit une hausse temporaire des cotisations permettant de passer le cap de la génération des baby-boomers. Elle prévoit au contraire de couper les rentes anticipées de 660 à 1040 francs par mois ou d'augmenter l'âge de la retraite.

 

Aujourd'hui en Suisse romande
Aujourd'hui, mercredi 11 novembre, ce sont les maçons de Suisse romande qui se mobilisent à Genève, Neuchâtel et Delémont, malgré les pressions exercées, notamment dans le canton de Neuchâtel par la Fédération cantonale des entrepreneurs, pour les dissuader de participer au mouvement.
Pour rappel, à Genève les syndicats Unia, Sit et Syna ont appelé à une grève générale sur les chantiers du canton. Une grève à laquelle vont sans doute se joindre les employés de la fonction publique, eux aussi en grève depuis hier contre le budget d'austérité présenté par le Conseil d'Etat pour 2016. Après un rassemblement à 7h30 à la place des 22 Cantons, les maçons doivent partir en cortège, dès 9h, pour se rendre sur le pont du Mont-Blanc puis à la plaine de Plainpalais.
A Neuchâtel, des débrayages sont prévus, suivi d'une assemblée, dans la matinée. Un grand cortège réunissant des travailleurs d'autres cantons romands est prévu dès 13h30 au départ de la Case à Chocs, au quai Philippe-Godet.
Dans le Jura, les maçons ont rendez-vous à Delémont dès 9h à la Halle des expositions, pour partir ensuite en cortège jusqu'à la gare où une manifestation est annoncée pour 11h30, avant de partager un repas convivial à la Halle.

Sylviane Herranz


Plus de 300 maçons valaisans à l'unisson de leurs collègues

«Si le patronat persiste à refuser toute solution, un conflit grave se prépare.» Tel est l'avertissement lancé par la région Unia et les Syndicats chrétiens du Valais, après les quatre «Rassemblements pour la Convention» tenus dans le canton ces quinze derniers jours. Après St-Maurice le 28 octobre, plus de 100 maçons se sont réunis le 4 novembre dans la salle du Grand Conseil, et de nombreux autres dans le Haut-Valais où deux rassemblements avaient été organisés. En tout, 300 maçons ont protesté contre le refus de la Société suisse des entrepreneurs de négocier une nouvelle Convention nationale du secteur principal de la construction (CN). Cette première action collective a permis aux travailleurs d'annoncer leur volonté de se mobiliser et leur soutien aux diverses actions de leurs collègues se déroulant cette semaine en Suisse.
Dans une résolution, adoptée lors de chaque rassemblement, les maçons valaisans ont rappelé l'immense manifestation nationale de 15000 travailleurs de la construction le 27 juin dernier à Zurich, à laquelle nombre de Valaisans avaient pris part, et les plus de 30000 signatures réalisées par les représentants syndicaux sur les chantiers précisant leurs revendications. Les maçons rappellent également leur refus de prolonger la convention dans son état actuel et la nécessité d'en négocier une nouvelle. Dans leur résolution, ils demandent à la SSE «de se mettre immédiatement autour de la table pour négocier un paquet global incluant: le maintien de la retraite à 60 ans et des prestations actuelles, une meilleure protection de la santé lors des intempéries, des mesures pour lutter contre le dumping salarial, un accord sur les salaires pour 2016», soulignent les syndicats dans un communiqué.
SH

 

 

 

Edition n° 46/47 du 11 novembre 2015

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page