Les peintres et plâtriers jurassiens obtiennent une retraite anticipée
Une nouvelle CCT va permettre aux travailleurs de profiter de cet acquis à l'égal de leurs collègues romands

Depuis plus de dix ans, les peintres et plâtriers romands bénéficient d'une retraite anticipée dont sont privés les travailleurs jurassiens de la branche. Conclue entre l'Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres (Asepp) et les syndicats Unia et Syna, une nouvelle convention collective de travail va corriger cette injustice.

Les partenaires sociaux de l'industrie de la peinture et de la plâtrerie de Suisse alémanique, du canton du Jura et du Tessin se sont mis d'accord sur une nouvelle convention collective de travail (CCT) incluant un modèle de retraite anticipée. Les peintres et plâtriers de Suisse romande, à l'exception du Jura, bénéficient déjà d'un tel acquis depuis plus de dix ans, tout comme ceux des cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne, ainsi que les plâtriers tessinois. Conclue entre l'Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres (Asepp) et les syndicats Unia et Syna, la nouvelle CCT prévoit la possibilité d'une retraite partielle flexible dès 60 ans pour les hommes et 59 ans pour les femmes avec une rente transitoire correspondant à environ 70% de celle de l'AVS, ainsi qu'une retraite anticipée complète dès 63 ans, respectivement 62 ans. Les cotisations au 2e pilier continuant d'être versées durant la rente-pont. Pour financer le nouveau régime, les employés et les employeurs supporteront chacun une cotisation de 0,85% sur le salaire.

Se retirer avec dignité
Les conditions de travail dans la branche s'étant dégradées ces dernières années, nombreux sont les ouvriers qui doivent interrompre leur travail pour raisons de santé et percevoir l'assurance invalidité. Cette retraite flexible permettra aux peintres et plâtriers alémaniques, jurassiens et tessinois de se retirer dans la dignité.
La nouvelle CCT doit encore être ratifiée à la mi-mars par les organes des organisations concernées. Les partenaires sociaux déposeront ensuite une demande de déclaration de force obligatoire auprès du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Les salariés devraient pouvoir bénéficier de la nouvelle disposition à l'orée 2018.

Hausse des salaires
La nouvelle CCT prévoit également pour 2016 et 2017 des augmentations générales des salaires de 25 francs. De plus, les salaires minimums pour les travailleurs pendant les trois premières années après la fin de l'apprentissage sont relevés de 30 francs et ceux des contremaîtres et des professionnels qualifiés de 12,50 francs.
Ce succès syndical n'a pas été obtenu sans peine. «Il a fallu deux ans de négociations», relève Aldo Ferrari, vice-président d'Unia. «C'est une avancée fondamentale, qui ouvre des perspectives et donne un signal fort à l'ensemble du secteur de l'artisanat en Suisse alémanique.»

Jérôme Béguin

 

Edition n° 9 du 2 mars 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page