L'Ecole des métiers fête ses 100 ans
Lieu de formation accueillant quelque 820 élèves l'Ecole technique entame une année du centenaire bien fournie

Fondée en 1916, l'ETML forme aujourd'hui des menuisiers et des ébénistes, et de nombreux jeunes dans les métiers de la mécanique, de l'électronique et des professions combinant ces différents aspects. Survol d'une activité riche et passionnante.


L'Ecole technique - Ecole des métiers de Lausanne (ETML) a 100 ans. Les festivités, qui dureront toute l'année, ont débuté la semaine dernière par une partie officielle et une visite des ateliers pour de nombreux invités et pour les médias. Occasion de s'immiscer dans les locaux des deux bâtiments situés à la rue de Sébeillon à Lausanne pour découvrir l'excellence de cette école fondée le 16 mai 1916.
A l'époque, la pénurie d'ouvriers qualifiés, augmentée par la mobilisation, a incité les autorités de la ville à ouvrir une école de mécanique, prenant exemple sur des écoles des métiers déjà existantes, comme à New York ou, plus près de nous, Yverdon et Sainte-Croix. Après quelques mois d'existence, une section du bois ouvrait ses portes. C'est le début d'un développement qui verra le nombre d'élèves passer de 25 en 1916, à 820 aujourd'hui, dans une large palette de métiers et de formations supérieures.
Les jeunes peuvent s'y former à plein temps dans sept professions techniques et artisanales - ébénistes et menuisiers, électroniciens, informaticiens, automaticiens, polymécaniciens, mécatroniciens d'automobile. Des préapprentissages et des stages permettent aussi à des élèves en fin d'école obligatoire de trouver leur voie. Et une école supérieure pour les techniciens et informaticiens offre la possibilité aux apprentis de ces métiers de poursuivre leurs études. Les autres peuvent également le faire sous d'autres toits, dans des écoles d'ingénieurs par exemple. «65% des élèves poursuivent leur CFC par une école supérieure», indique le directeur de l'ETML, Christophe Unger. Il ajoute que le restaurant de l'école forme également des apprentis dans la branche.

Une école à la pointe de l'évolution
L'école des métiers de Lausanne a suivi l'évolution de la technologie et de l'industrie durant un siècle. Elle a vu des métiers naître, puis disparaître. Et d'autres évoluer, parfois de manière fulgurante. A l'exemple des radio-électriciens, devenus électroniciens. Un métier où les composants des pièces à monter se sont réduits d'une manière impressionnante. Dans l'atelier d'électronique, un responsable présente une carte mémoire de 16 ko datant de 1973. Elle tient au cœur d'une plaque de 30 centimètres de côté et d'environ un centimètre de hauteur. «Pour obtenir l'équivalent des 2 giga-octets de nos téléphones mobiles, il faudrait empiler des plaques comme celle-ci sur 6 kilomètres de hauteur!» sourit-il.
Dans l'atelier du bois, c'est une machine à commande numérique dernier cri qui est présentée. L'école cherchant à être à la pointe des techniques, elle n'hésite pas à investir dans de nouvelles acquisitions, tant pour le travail du bois que celui du métal ou d'autres matériaux. L'objectif étant d'offrir aux jeunes une formation de qualité, toujours en phase avec les développements dans l'industrie réelle.

«Horloge» du 100e
Pour marquer son anniversaire, l'ETML a choisi de réaliser un «objet souvenir du 100e», rassemblant tous les métiers enseignés dans ses bâtiments. «Il ressemble à une horloge, indique l'heure, mais ce n'est pas une horloge», précise le doyen et chef de projet Gérald Rouiller. «Horloger est un métier, ce sont des compétences que nous n'avons pas. Mais nous avons des compétences dans les machines, la mécanique, l'électronique, la menuiserie-ébénisterie, l'informatique», ajoute-t-il, avant de présenter le bel objet mêlant bois et métal qui marquera ce centenaire. Mis à part le transformateur, les 62 autres pièces de la pendule du 100e sont réalisées intégralement à l'école.
L'école va aussi fêter de manière durable son anniversaire, à travers des manifestations se déroulant durant toute l'année 2016. Après la journée officielle du 17 mars dernier, 100 jeunes participeront le 24 avril aux 10 kilomètres de Lausanne. Parmi les autres manifestations, relevons une journée des anciens élèves et professeurs le 28 avril, une journée des élèves le 9 septembre, une exposition au Forum de l'Hôtel-de-Ville en novembre, et une journée portes ouvertes «spéciale centenaire» le 10 décembre. Une occasion de découvrir un lieu de formation riche et passionnant!

Sylviane Herranz


Plus d'informations sur l'école et les formations proposées: www.etml.ch

 

 

Edition n° 12/13 du 23 mars 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page