Tous les peintres et plâtriers suisses auront droit à une retraite anticipée
Une nouvelle CCT permettra aux travailleurs jurassiens, de Suisse alémanique et du Tessin de profiter de cet acquis

Depuis plus de dix ans, les peintres et plâtriers romands bénéficient d'une retraite anticipée dont sont privés les travailleurs jurassiens et biennois de la branche. Conclue entre l'Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres (ASEPP) et les syndicats Unia et Syna, une nouvelle convention collective de travail (CCT) va corriger cette injustice et permettre aux travailleurs alémaniques et tessinois de pouvoir aussi se retirer dans la dignité.

Par 61 voix contre 31, l'assemblée des délégués de l'Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres (ASEPP) a approuvé le 3 mai la nouvelle convention collective de travail (CCT) valable en Suisse alémanique, dans le Jura et au Tessin, incluant un modèle de retraite anticipée. Les peintres et plâtriers de Suisse romande, à l'exception du Jura, bénéficient déjà d'un tel acquis depuis plus de dix ans, tout comme ceux des cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne, ainsi que les plâtriers tessinois. Conclue entre l'ASEPP et les syndicats Unia et Syna, la nouvelle version de la CCT prévoit la possibilité d'une retraite partielle flexible dès 60 ans pour les hommes et 59 ans pour les femmes par une réduction du taux d'activité, ainsi qu'une retraite anticipée complète dès 63 ans, respectivement à 62 ans, avec une rente transitoire correspondant à environ 70% de celle de l'AVS. Les cotisations au 2e pilier continueront à être versées durant la rente-pont. Pour financer le nouveau régime, les employés et les employeurs supporteront chacun une cotisation de 0,85% sur le salaire à partir du 1er janvier 2017. Et les salariés pourront bénéficier de la nouvelle disposition dès 2018. Les partenaires sociaux vont déposer une demande de déclaration de force obligatoire auprès du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

«Terminer dans la dignité»
«Cet accord est très important pour les personnes qui travaillent dans la plâtrerie», juge Manuel Cordoba Gomez, plâtrier et membre du comité régional d'Unia Bienne-Seeland. Dans cette agglomération qui dénombre plusieurs entreprises importantes de plâtrerie, le syndicat organise depuis cinq ans un groupe de militants qui revendique une retraite anticipée permettant aux travailleurs de se retirer dans de bonnes conditions. «Le travail est dur. Il y a beaucoup de personnes qui, invalides, n'arrivent pas à l'âge de la retraite», assure Manuel Cordoba Gomez. «Cela va permettre aux travailleurs de terminer dignement leur carrière professionnelle, en évitant de passer par une éventuelle case chômage ou AI. Nous avons plusieurs membres dans cette situation», explique de son côté François-Xavier Migy, responsable du secteur de l'artisanat d'Unia Transjurane.

«Un signal politique fort»
«Nous avions l'âge de 62 ans pour objectif, mais obtenir la retraite anticipée dès 63 ans est déjà un succès, la lutte paie. Il faut remercier les militants qui ont soutenu le projet et participé activement. Il va falloir continuer à se battre pour améliorer les conditions de travail des plâtriers et des peintres, car c'est un travail très pénible. En attendant, je pense que le signal politique est fort à un moment où certains envisagent d'augmenter l'âge de la retraite», estime José Abelenda, responsable du secteur construction et de la branche de la plâtrerie et peinture d'Unia Bienne-Seeland. «62 ans, cela aurait été mieux, mais on a mis un coin dans la porte», conclut François-Xavier Migy. «S'il y a suffisamment d'argent, on pourra le faire et je pense que cela sera le cas.»

Hausse des salaires
La nouvelle CCT, qui entrera en vigueur le 1er juin et pourra être renouvelée au bout de trois ans, accorde également pour 2016 et 2017 des augmentations générales des salaires de 25 francs. De plus, les salaires minimums pour les travailleurs pendant les trois premières années après la fin de l'apprentissage sont relevés de 30 francs et ceux des contremaîtres et des professionnels qualifiés de 12,50 francs.

Jérôme Béguin

 

Edition n° 19/20 du 11 mai 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page