Les cours de français ont la cote
La 2ème édition des Cours au parc à Genève est un succès. Chaque soir plus de 200 personnes de tous les horizons se retrouvent

Pendant les deux mois d'été, c'est au parc de la Perle du lac puis au parc de La Grange qu'ont lieu les cours de français gratuits organisés par le Bureau de l'intégration des étrangers. Un lieu de rencontre et d'échange unique où les participants et leurs enfants viennent avec plaisir et motivation.

Parc de la Perle du lac, un jeudi de juillet à 16h. Près de 250 personnes font la queue pour s'inscrire au cours de français sur le point de commencer. Il y a des jeunes, des plus vieux, des hommes, des femmes, des personnes des quatre coins du monde, des fonctionnaires internationaux, des étudiants ou encore des requérants d'asile. Certains sont installés à Genève, d'autres viennent d'y débarquer. Un joyeux melting-pot. Leur point commun? Tous souhaitent apprendre à manier la langue de Molière dans le but de mieux s'intégrer.
Ce projet a été mis sur pied en 2015 par le Bureau de l'intégration des étrangers (BIE) en collaboration avec l'Œuvre suisse d'entraide ouvrière (Oseo) pour combler le manque d'offres de cours durant la période estivale. «L'objectif est l'apprentissage de la langue, mais on s'est vite rendu compte que les participants venaient pour se rencontrer, échanger et créer du lien social», explique Steve Cassard, chargé de projet au BIE. L'an dernier, le premier cours de français au parc a réuni 30 personnes. Le dernier 130. La deuxième édition quant à elle a démarré sur les chapeaux de roue: «Le premier soir, 225 personnes ont répondu à l'appel se réjouit Steve Cassard. Depuis, on a entre 220 et 250 participants chaque soir, partagés en petits groupes de trois niveaux.»

Priorité au dialogue
Afin d'accueillir tout le monde, seize formateurs ont été engagés. «On travaille énormément sur l'oral, précise Steve Cassard. Certains formateurs s'inspirent des techniques théâtrales et de l'improvisation en les mettant en scène dans des situations de la vie quotidienne.» Ce soir-là, les groupes ont investi les différents coins d'ombre du parc. La vue sur le lac est à couper le souffle. Un cadre idyllique pour qui veut apprendre tout en se divertissant. Installés en cercle, les participants se mettent à l'aise: souvent pieds nus, assis ou allongés, et le sourire aux lèvres. Le thème du jour: la santé. Par groupes de deux, les participants se mettent dans la peau d'un malade et d'un médecin et jouent la scène. «L'idée était de faire un projet très léger, sans table ni chaise, qui donne envie de rejoindre des cours à la rentrée, explique Léna Strasser, responsable de formation à l'Oseo. Notre programme estival est très axé sur le dialogue. Le but est qu'ils aient un aperçu de différentes thématiques qu'ils sont susceptibles de rencontrer au quotidien.» Cette dernière note une réelle motivation et une soif d'apprendre chez les participants. «Nous avons eu des retours très positifs. L'an passé, une Vénézuélienne est venue au premier cours, elle ne comprenait pas un mot de français. A la fin des huit semaines, elle était interviewée à la télévision!»

Enfants bienvenus!
«Si tu étais un animal, lequel serais-tu? Je serais une mouette pour voler au-dessus de la mer et être libre.» Dans un des groupes de niveau avancé, la foire aux questions est ouverte. Personne ne rechigne à prendre la parole. L'échange est vivant. L'atmosphère est studieuse tout en restant informelle. Des rires s'échappent. Non loin de là, et c'est une nouveauté cette année, le coin garderie permet aux participants de confier leur enfant le temps du cours. Au programme du jour, confection de colliers en céramique avec Victor pour les bambins dès 5 ans, et pâte à modeler et coloriage pour les plus petits. L'objectif? Proposer des activités socialisantes afin d'initier les enfants à la collectivité.
«Les femmes ayant des enfants en bas âge ne prennent pas souvent de cours de français car il n'existe pas d'accueil pour leur enfant, explique Monique Othenin-Girard, du BIE. Du coup, au bout de plusieurs années elles ne comprennent toujours pas notre langue, elles ne sont pas employables et ne s'intègrent pas. L'intégration de la famille passe par l'accueil des enfants.» Ces derniers eux-mêmes font des progrès en français, mais pas seulement. «Ce projet est une manière de prouver à quel point l'accueil périscolaire est important, aussi pour les migrants. Il permet de développer des facultés spatiotemporelles et motrices ainsi que de commencer l'apprentissage du français ce qui leur permettra d'aborder l'entrée à l'école obligatoire dans les mêmes conditions que leurs copains francophones.»


Manon Todesco


 

Pour plus d'infos:
https://www.cours-au-parc.ch
Cours gratuits du lundi au jeudi de 16h à 18h
au parc de la Perle du lac jusqu'au 28 juillet
au parc de La Grange du 2 au 25 août.

Et ailleurs?
D'autres cours de français gratuits sont proposés aux étrangers en Suisse romande.
A Lausanne, à Vidy-Plage, jusqu'au 12 août, tous les jours de 18h à 19h30. Plus d'infos sur http://www.lausanne.ch/bli
Fribourg se lance également dans l'aventure en inaugurant sa première session de cours en partenariat avec l'Oseo. Jusqu'au 25 août, les mardis, mercredis et jeudis de 17h à 18h30, au parc des Grand-Places. www.oseo-fr.ch/fr/

Pratiquer, rencontrer des gens et se donner des chances de trouver du travail

Les Cours au parc, c'est l'occasion d'apprendre ou de perfectionner son français, mais aussi de le pratiquer, chose pas forcément évidente dans une ville aussi cosmopolite que Genève. D'autres viennent aussi y chercher du contact, et un moyen de faire des connaissances. A 18h, sur le chemin du retour, les langues se délient, et les liens se créent. Rencontres.

«Si je pouvais je viendrais tous les jours!», Angela
«Je suis les cours depuis le premier jour et je viens dès que possible. Je suis arrivée du Honduras il y a plus d'un an et ces cours m'apportent beaucoup. Mes enfants les suivent aussi. Pour moi c'est un vrai plaisir de venir ici. J'apprends, je progresse. Je vois quels sont les points à améliorer, et c'est un espace où on peut pratiquer notre français. Je serai là tout l'été, autant que mon travail de nettoyeuse me le permet.»

Daniele, Italie
«Je suis arrivé à Genève il y a quelques mois avec ma famille. Je suis à la recherche d'un emploi et la maîtrise du français est très importante pour en trouver. Ces cours me permettent d'apprendre vite mais aussi de rencontrer du monde et d'échanger. Et puis ces cours en plein air, c'est très agréable.»

Isabel, Espagne
«Il est facile de nouer des liens avec nos concitoyens à Genève, par contre il est difficile de se faire des amis locaux et de pratiquer le français. Ces cours sont une très bonne idée car ils nous permettent de parler et de faire des rencontres. Je suis à Genève depuis un an et je suis des cours à l'UOG le reste de l'année. Les Cours au parc sont un moyen pour moi de maintenir le niveau durant l'été.»

MT



 

 

 

Edition n° 30/31 du 27 juillet 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page