Une maison verte qui fourmille d'activités et d'idées
A Romont la Maison Verte se veut un centre d'activités et de compétences. Du yoga à la boutique partagée...

Depuis une année, la Maison Verte, située devant la gare de Romont, propose des événements, des locaux et son réseau, avec pour objectif de développer des solutions durables. André et Mim Meilland en sont les initiateurs et les propriétaires.

A la sortie de la gare de Romont, on ne peut manquer de voir cette maison verte, et son jardin semi-sauvage sorti de l'asphalte d'un parking. «On a enlevé le goudron, mis un minimum de terre et ça pousse», rit André Meilland, le propriétaire des lieux. C'est lui, l'ingénieur valaisan, et son épouse, l'économiste bulgare - tous deux passionnés par les énergies renouvelables et les écovillages - qui ont commencé à rénover cette ancienne distillerie de leurs propres mains en 2006. Un travail d'autoconstruction de longue haleine pour créer un lieu ouvert à tous.
Depuis une année, ce rêve s'est concrétisé. Entre ses murs: des cours de permaculture (donnés par le couple Meilland), de sophrologie, de hip-hop, d'anglais, de chant gospel, de yoga du rire, et de nombreuses conférences... Autant de propositions qui réunissent un public diversifié, intergénérationnel et qui provient de toute la Suisse romande.

Un commerce équitable
En ce jeudi estival, c'est l'association d'agriculture contractuelle de proximité Croqu'terre qui installe ses cageots de légumes dans la grande salle. Catherine Jorg, en charge de la composition des paniers, thérapeute de métier, propose aussi des séances de réflexologie et d'hypnose à la Maison Verte. «C'est un lieu de rencontre, multiactif, multiculturel, avec une énergie dingue. Ça ouvre tout un monde, d'une richesse incroyable», résume-t-elle.
A l'extérieur de la maison aussi, Félicité Galaret a posé son stand de produits africains éthiques. Pour l'instant, elle est la seule à utiliser la boutique partagée. «La Maison Verte a organisé en début d'année un marché d'artisans et de petits commerçants, pendant trois mois. Et je suis restée», sourit-elle. «Cela m'a vraiment ouvert des débouchés. Et donc, par conséquent, aux petits paysans ivoiriens de ma région natale», raconte la fille d'agriculteur qui a créé un pont entre la Côte d'Ivoire et la Suisse.

Un endroit souple
«Ce lieu est très flexible», explique André Meilland. «Il permet de louer un espace qui permette de répondre aux besoins réels. Pour quelqu'un qui veut se lancer, qu'il soit thérapeute ou fiduciaire, c'est un endroit, situé idéalement juste à côté de la gare, qui offre beaucoup d'échanges. Quelqu'un en rupture professionnelle peut par exemple venir tester ses idées pour environ 200 francs par mois. Cette maison fait ainsi office de maison d'associations, mais aussi de coworking, ainsi que d'incubateur pour des projets individuels.»
Sans aucune subvention, André Meilland relève que l'indépendance permet une plus grande liberté, même si elle a un coût. «Nous faisons payer une location. Car cela fait partie de notre gagne-pain. Si nous avions davantage d'activités, et donc de locataires, nous pourrions desserrer la ceinture d'abord, voire baisser un peu les tarifs», sourit le père de famille de deux adolescents. «L'associatif a tendance à considérer l'argent comme un tabou. Or on ne peut le négliger. Il fait partie du développement durable. A la Maison Verte, nos 4 piliers sont l'écologie, le social, la culture et l'économie.»
Mus par une force de propositions étonnantes, André et Mim Meilland ont participé activement à nombre d'initiatives de la région telles que le réseau d'échanges le SEL glânois, l'association Permaculture Fribourg, ou encore Croqu'terre. Autant d'alternatives dont les valeurs sont partagées par la Maison Verte: la convivialité, les échanges, l'autonomie, la flexibilité, la créativité et la diversité, le respect de l'homme et de la nature...

Aline Andrey

Le programme et davantage d'informations: www.maison-verte.ch

 

 

Edition n° 32/33 du 10 août 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page