Tous à Berne pour AVSplus et pour stopper le massacre des rentes
La campagne pour la votation du 25 septembre sur l'initiative des syndicats visant à renforcer l'AVS prend son envol

A l'heure où les retraites sont attaquées au Parlement, les syndicats se battent pour que l'initiative AVSplus, visant à renforcer l'AVS par une hausse des rentes de 10%, passe la rampe des urnes le 25 septembre prochain. Le samedi 10 septembre, une manifestation nationale aura lieu à Berne pour s'opposer au démantèlement des retraites et dire oui à AVSplus. Vania Alleva, présidente d'Unia et vice-présidente de l'Union syndicale suisse, appelle le plus grand nombre à y participer.

La mobilisation syndicale en faveur de l'initiative AVSplus a démarré sur les chapeaux de roue. Une mobilisation d'autant plus importante que vendredi dernier, la Commission de la sécurité sociale du Conseil national a informé de la position qu'elle défendra au Parlement au sujet de la réforme Prévoyance vieillesse 2020: une attaque en règle contre les retraites, qualifiée par le Parti socialiste suisse de «plus gros démantèlement social de l'histoire de l'Etat social». La majorité de la commission propose en effet un mécanisme automatique d'augmentation de l'âge de la retraite jusqu'à 67 ans et maintient la baisse du taux de conversion prévue de 6,8 à 6%, synonyme de baisse des rentes de 12%. Les rentes de veuve sans enfant à charge et les rentes pour enfant sont aussi sacrifiées, comme le maigre compromis obtenu devant le Conseil des Etats consistant à augmenter de 70 francs les futures rentes AVS.
Dans ce contexte, les syndicats ont un mois pour convaincre une majorité de citoyens à voter en faveur de l'initiative AVSplus, soumise au vote le 25 septembre. Un mois pour convaincre, pour argumenter, pour qu'enfin les choses bougent au niveau de l'Assurance vieillesse et survivants, premier pilier qu'il s'agit de renforcer en augmentant les rentes de 10% alors que les caisses de pension vacillent sous les coups de la crise financière. Tous les syndicats de l'Union syndicale suisse (USS) sont aujourd'hui mobilisés pour que l'initiative AVSplus soit acceptée dans les urnes.
Il reste un mois pour convaincre, pour contrer les arguments des opposants qui, comme à chaque votation prévoyant une petite avancée sociale, font jouer la corde sensible de la peur et de la catastrophe économique. Tous les partis de droite, auxquels il faut ajouter les faîtières de l'économie - Union patronale suisse, Economiesuisse, Union suisse des arts et métiers, Union suisse des paysans, GastroSuisse - dégainent leurs arguments chocs contre l'initiative. Pendant ce temps, les syndicats préparent pour le 1er septembre une journée d'alarme sur les rentes (voir en page 8), ainsi qu'une grande manifestation nationale le samedi 10 septembre, contre le démantèlement des retraites et pour le renforcement de l'AVS.
Cette manifestation se tiendra deux jours avant l'ouverture de la session d'automne des Chambres fédérales qui discutera de la réforme Prévoyance vieillesse 2020. Comme le laisse présager la position de la Commission de la sécurité sociale de vendredi, le Conseil national, fort de sa nouvelle majorité de droite issue des dernières élections fédérales, pourrait accroître les mesures antisociales du projet initial, déjà controversé notamment en raison de la hausse de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans.
Dans cette situation, en quoi est-il important de se mobiliser pour que l'initiative AVSplus soit adoptée? Et pourquoi faut-il manifester massivement le 10 septembre prochain à Berne? La réponse avec Vania Alleva, présidente d'Unia et vice-présidente de l'Union syndicale suisse.

Questions/Réponses

Nous voterons le 25 septembre sur l'initiative AVSplus. Pourquoi est-il nécessaire de se battre aujourd'hui pour qu'elle soit un succès?
D'abord parce que l'AVS est la plus importante œuvre sociale du pays. Il s'agit de la renforcer mais aussi de défendre l'ensemble des rentes. Cette question des rentes est cruciale. Il est essentiel que quelqu'un ayant travaillé toute sa vie ait une retraite digne. Et AVSplus vise à cela. Les rentes de l'AVS ont pris du retard sur l'évolution réelle des salaires. Mais surtout, aujourd'hui les rentes des caisses de pension, qui dépendent des marchés financiers, baissent malgré des cotisations toujours plus élevées. Et ce qui se prépare au Parlement est une véritable attaque contre les rentes et l'âge de la retraite. Augmenter cet âge est absurde alors que dès 50 ou 55 ans, beaucoup de gens sont repoussés du marché du travail.
Renforcer les rentes AVS c'est renforcer une assurance sociale solidaire et durable, qui ne laisse pas de place à la spéculation financière. C'est renforcer la voie la plus stable et la meilleure marché.

Les détracteurs de l'initiative prétendent qu'augmenter de 10% les rentes AVS mettrait en danger la santé financière de l'AVS qui, selon eux, serait déjà précaire, en provoquant une hausse des coûts de 4 milliards, voire de 5,5 milliards, d'ici à 2030...
Il n'y a aucun danger. Cette assurance sociale est saine. Depuis 40 ans, l'AVS n'a jamais dû augmenter ses cotisations et a toujours pu payer les rentes. Cela fait des années que ses détracteurs la critiquent alors qu'elle a toujours rempli son rôle. Ce sont surtout les banques et les assureurs qui la dénigrent, car à la différence du 2e pilier, il n'est pas possible pour eux de gagner beaucoup d'argent avec l'AVS. Les 40 milliards de recettes annuelles de l'AVS servent immédiatement à financer les rentes. Au contraire le 2e pilier représente presque 900 milliards de francs à placer et sa gestion est une affaire énorme pour les institutions financières et les assureurs. Les frais de gestion et les charges administratives du 2e pilier sont dix fois plus élevés que toute la gestion de l'AVS.
L'AVS, avec son système de redistribution immédiate et sa solidarité, car tout le monde paie un pourcentage sur l'entier du salaire alors que les rentes sont les mêmes pour tous, échappe aux appétits de ces groupes. Raison pour laquelle ils ne cessent de l'attaquer.

Les opposants disent aussi qu'augmenter les rentes AVS pénaliserait une grande partie des retraités les plus modestes, qui touchent actuellement des prestations complémentaires. Qu'en est-il?
Avec l'objectif d'avoir une rente digne, il est clair qu'il y aura moins besoin de prestations complémentaires. Mais augmenter les rentes AVS est urgent et nécessaire pour la plupart des gens. Les loyers et les primes d'assurance maladie augmentent. Une grande partie des gens, notamment des femmes retraitées n'ont que l'AVS pour vivre. Jusque dans la classe moyenne supérieure, l'AVS représente la plus importante source de revenu des retraités. D'où la nécessité de l'initiative.
Il faut rappeler que pour augmenter les rentes AVS de 10%, il suffirait d'une légère adaptation des cotisations sociales de 0,4% pour les salariés et les employeurs. Concrètement, un travailleur gagnant 5000 francs va payer seulement 20 francs de plus par mois pour toucher 200 francs de rente AVS en plus par mois. Pour avoir une même augmentation de rente dans le 2e pilier, il devrait capitaliser 40000 francs de plus, c'est-à-dire qu'il payerait 5 ou 6 fois plus.

La Commission de la sécurité sociale du Conseil national vient de présenter sa version de la réforme Prévoyance vieillesse 2020: maintien de la hausse de l'âge de la retraite des femmes à 65 ans, hausse générale à terme à 67 ans pour tous, baisse massive des rentes du 2e pilier. La commission balaie aussi la proposition du Conseil des Etats d'augmenter l'AVS de 70 francs...
Avec sa proposition, la commission prépare un véritable massacre des rentes. C'est une provocation que nous combattrons. Les futurs retraités vont perdre des milliards avec la baisse du taux de conversion, le départ à la retraite à 67 ans et les autres coupes dans les prestations. Les premières touchées seront les femmes âgées de 62 ans aujourd'hui. Elles seront les premières à travailler plus longtemps et les compensations envisagées ne seront que de quelques francs, et rien pour les femmes mariées.

Quelle sera la position des syndicats si ces propositions l'emportent au Conseil national?
Il est clair que l'on ne pourra pas accepter une hausse de l'âge de la retraite à 67 ans, ni une attaque contre les rentes. Nous n'accepterons pas non plus une hausse de l'âge de la retraite des femmes qui sont déjà discriminées au niveau salarial, et pénalisées à l'âge de la retraite, car beaucoup n'ont pas de 2e pilier.
Maintenant il est prioritaire de nous engager pour un «oui» à notre initiative. Dire oui à AVSplus, c'est le meilleur moyen de stopper cette attaque contre les rentes.

Pourquoi est-il indispensable qu'un maximum de syndiqués, de travailleurs et de retraités manifestent à Berne le 10 septembre?
Comme souvent dans ces campagnes, nos adversaires ont beaucoup plus de moyens financiers que nous. Il est donc déterminant de notre côté de parler avec les gens et d'informer le plus de personnes possible. Avec une mobilisation massive pour la manifestation, nous inciterons les gens à aller voter oui le 25 septembre, et en même temps, à Berne, nous donnerons un signal clair au Parlement qu'il ne peut pas attaquer les rentes et l'âge de la retraite comme il prévoit de le faire.

Propos recueillis par Sylviane Herranz

 


La manifestation en pratique

• La manifestation du samedi 10 septembre débutera à 13h30 à la Schützenmatte à Berne.
• Des bus ou des trains partiront de nombreuses villes de Suisse. Le trajet est gratuit pour toutes les personnes qui s'y inscriront.
• Inscriptions et renseignements auprès de vos sections syndicales, par téléphone ou par mail.
• Les lieux et horaires de départ prévus se trouvent sur le site www.unia.ch
• Autres informations: 031 350 21 11.

Inscrivez-vous rapidement! Unis, nous sommes forts!

 

 

 

 

Edition n° 34/35 du 24 août 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page