AVSplus en avant toute
Près de 20000 manifestants de toute la Suisse ont défilé le 10 septembre à Berne contre la baisse des rentes

Des militants de toute la Suisse ont investi la capitale pour dire haut et fort OUI à l'initiative AVSplus. Leur leitmotiv: maintenir les acquis sociaux durement obtenus et dire non au massacre des retraites qui se prépare aux Chambres fédérales. A deux semaines du vote, cette manifestation est un signal clair de la population. Récit

Ils sont venus de toute la Suisse. Retraités, travailleurs, jeunes, ou encore dans leur poussette, toutes les générations étaient représentées samedi à Berne à l'appel de l'Alliance pour une AVS forte. 20000 personnes auraient répondu présent à cette grande manifestation nationale en faveur de l'initiative AVSplus selon les organisateurs. Pour l'occasion, des bus et des trains ont été affrétés depuis les quatre coins de la Suisse. A bord, une ambiance bon enfant rythmée au son des sifflets, mégaphones et autres tambours. On aura même entendu l'Internationale dans les haut-parleurs du train pour chauffer la foule. Après plusieurs heures de trajet, c'est sous une chaleur écrasante que tous les militants se sont réunis sur la Schützenmatte. Syndicats du public et du privé, associations de retraités, partis de gauche: tout le monde était là.
14h. Départ du cortège. Remontées, les femmes scandent: «64 ans, c'est déjà bien assez! Non, non, non, au paquet Berset!» Pour rappel, l'initiative AVSplus, qui vise à augmenter les rentes de l'AVS de 10% par un financement paritaire, est née pour contrer le projet «de démantèlement des retraites» contenu dans la réforme Prévoyance vieillesse 2020. Le même projet qui propose d'augmenter l'âge de la retraite des femmes à 65 ans et de baisser les rentes du 2e pilier. Fortement représentés dans le cortège, les travailleurs de la construction ont également exprimé leur colère et refusent de tirer un trait sur leur retraite anticipée à 60 ans, menacée par la volonté de la droite de passer l'âge de la retraite à 67 ans.

Pour une retraite digne!
Le défilé traverse la vieille ville de Berne. A l'étonnement général, la manifestation ne passera pas par la Place fédérale. Les rumeurs disent qu'une autre manifestation y était programmée, et/ou qu'il n'y avait pas assez de place... C'est ainsi que le cortège s'est terminé derrière la Fosse aux ours, à l'abri des regards.
Ceci dit, pour les organisateurs, cette manifestation a été un succès et un signal clair contre les attaques du système de retraite qui se préparent au Parlement. «L'AVS est notre plus belle œuvre de solidarité sociale, a conclu Aldo Ferrari, membre du comité directeur d'Unia. Les cotisations n'ont pas été augmentées depuis 40 ans et on veut nous faire croire qu'une hausse de 0,8% mènerait notre pays à sa perte. Les retraités ont payé et travaillé dur toute leur vie pour toucher une rente qui ne leur permet plus de vivre dignement. AVSplus est la seule garantie pour tous de voir nos rentes augmenter.» Tous aux urnes pour voter Oui le 25 septembre!

Manon Todesco

 

Témoignages :

Sylvia, employée dans les services publics, Vaud
«Venir manifester était une évidence pour moi, comme de voter oui à l'initiative AVSplus. Tous les acquis sociaux dont on profite maintenant ont été obtenus grâce aux dures mobilisations du passé. Aujourd'hui, à l'heure où ces acquis sont réellement menacés, c'est la moindre des choses de nous mobiliser à notre tour pour les conserver.»

Gisèle et Jean-Claude, retraités, Vaud
«Nous refusons de perdre nos droits. On se bat aussi pour la retraite de nos enfants. Il faut pouvoir assurer des rentes dignes aux générations futures car avoir recours aux aides sociales pour s'en sortir n'est pas normal!»

Joaquim, coffreur, Vaud
«Dans les métiers de la construction, c'est déjà compliqué d'arriver aux 60 ans, on ne veut pas rempiler jusqu'à 62 ans si l'âge de la retraite devait être repoussé à 67 ans. Si je suis là aujourd'hui, c'est aussi pour la question des salaires: une fois qu'on a payé le loyer et les assurances maladie, il ne reste plus rien! Si on ne se mobilise pas maintenant, ce sera de pire en pire.»

Onter, employé dans l'horlogerie, Neuchâtel
«J'ai 35 ans, je suis encore jeune donc je ne me préoccupe pas vraiment de ma retraite. Je suis plus venu par solidarité, en tant que militant, mais aussi pour l'avenir.»

Jean-Marc, menuisier, Neuchâtel
«On est derrière Unia pour défendre l'AVS et l'initiative AVSplus. Le premier pillier est l'instrument le plus social qui existe aujourd'hui. Il faut préserver ce système qui existe depuis des décennies et le renforcer. Il est nécessaire de payer plus aujourd'hui pour avoir des rentes plus élevées plus tard.»

Jean-Daniel, préretraité du second œuvre, Fribourg
«Aujourd'hui, si je suis ici, c'est pour les jeunes. Car si l'initiative AVSplus ne passe pas la rampe, il est clair qu'ils devront bosser plus longtemps pour des rentes moindres. C'est un investissement à faire aujourd'hui pour l'avenir.»

Hélène, architecte, Genève
«L'AVS est le meilleur pilier qu'on ait et il faut le renforcer pour tous. Il n'y a pas de meilleure idée, le 2e pilier étant trop fragile. Il faut venir manifester: plus il y a de monde, plus on fait le poids, et mieux c'est!»

Propos recueillis par MT

 


 

Edition n° 37/38 du 14 septembre 2016

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page