Neuchâtel pourrait perdre plus de cent postes de travail
Medtronic Kyphon multinationale spécialisée dans les technologies médicales de pointe veut fermer son site de production

Medtronic Kyphon menace de fermer d'ici à fin 2018 son site de production situé à Pierre-à-Bot, sur les hauteurs de Neuchâtel. Unia a demandé à la direction la prolongation du délai de consultation. Ce géant mondial des technologies médicales a réalisé un bénéfice de 2,67 milliards de dollars en 2015.

Medtronic Kyphon veut fermer d'ici à fin 2018 son site de Pierre-à-Bot sur les hauteurs de Neuchâtel. Une centaine d'employés et une quinzaine d'intérimaires pourraient perdre leur travail. Spécialisée dans les technologies médicales de pointe, l'entreprise basée à Dublin justifie cette restructuration par les «dynamiques changeantes du marché de la cyphoplastie par ballonnet», une méthode permettant de réparer des fractures de la colonne vertébrale. Pionnière dans le domaine, la société ferait désormais face à une trentaine de concurrents. Selon le communiqué de la multinationale, il faudrait pour maintenir «la portée et la compétitivité du produit dans un marché global» regrouper cette activité nécessitant «des compétences similaires». Soit délocaliser la production dans un autre pays, le Mexique est évoqué.
L'explication n'a pas convaincu le conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de l'Economie, Jean-Nat Karakash: «D'après nos informations, le produit fabriqué à Neuchâtel ne pose pas de problème particulier. L'unité en question remplissait ses objectifs d'amélioration de sa productivité», a indiqué le ministre à L'Express/L'Impartial. Cette décision lui semble dès lors «motivée par un plan plus large annoncé par le groupe pour revoir son organisation dans le contexte d'une pression à la rentabilité dans tout le secteur des medtech».

Plus de 2 milliards de bénéfices
Fondé par deux Américains en 1949, créateur en 1957 du premier simulateur cardiaque portable, ce géant des technologies médicales emploie quelque 80000 travailleurs à travers le monde et réalise un chiffre d'affaires de plus de 20 milliards de dollars. Son bénéfice était de 2,67 milliards en 2015, géré depuis l'Irlande, pays connu pour son doux climat fiscal.
En Suisse, Medtronic emploie un millier de collaborateurs. Spécialisée dans le traitement des fractures de vertèbres, l'usine de Pierre-à-Bot avait été acquise en 2007 lors du rachat de Kyphon. Outre Neuchâtel, l'entreprise est présente à Münchenbuchsee (BE), où est regroupé la distribution, les services à la vente et le marketing, et Tolochenaz (VD), où se situe son centre opérationnel pour l'Europe, sites qui ne sont pas menacés par cette retructuration.

Délai de consultation «nettement insuffisant»
Une période de consultation du personnel a été ouverte. Jean-Nat Karakash a confié à la presse cantonale son espoir que «quelque chose de positif et de pérenne puisse émerger». «Même si ce n'est pas pour l'instant le scénario le plus probable, cela a parfois fonctionné pour d'autres entreprises.»
«Choqué par cette nouvelle abrupte», Unia Neuchâtel a demandé à la direction une prolongation de la consultation, le délai fixé au 10 mai étant «nettement insuffisant pour que les collaborateurs puissent proposer des solutions alternatives sérieuses». Le syndicat a aussi proposé ses services au personnel.

Jérôme Béguin

 

 

Edition n° 19 du 10 mai 2017

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page