Une buvette pas comme les autres
La buvette A la Pointe bat le plein de sa septième saison. Au coeur de Genève cet écrin de liberté invite à la détente

Des concerts, une bibliothèque, des chaises longues, de la petite restauration locale, du yoga ou encore de la méditation, le tout au bord du Rhône dans un paysage de carte postale: tout est réuni pour passer un bon moment A la Pointe. Partie de rien, la buvette alternative portée par l'Association pour la reconversion vivante des espaces (ARVe) a su se faire une place et est devenue un lieu estival incontournable à Genève. Reportage.

Fin de journée. Il fait beau. Il fait chaud. Les baigneurs, nombreux, prennent possession du sentier des Saules, le long du Rhône à Genève. Entre amis, en famille ou en solo. Pour un plouf, le temps de boire un verre ou pour s'installer autour de grillades. Qu'on le veuille ou non, la pointe de la Jonction est devenue un lieu incontournable de l'été dans la cité de Calvin. En pleine nature, loin des voitures et pourtant au centre de la ville, cette espèce de zone franche est un écrin de liberté, dans un décor de carte postale. Voici pourquoi l'Association pour la reconversion vivante des espaces (ARVe) a choisi d'implanter sa buvette ici en 2011. A la Pointe, on peut boire une bière brassée à Genève, manger une glace artisanale du coin, s'installer dans un transat en mode farniente, mais pas que! C'est aussi écouter des concerts tous les week-ends, emprunter un bouquin de la bibliothèque extérieure, suivre un cours de yoga un après-midi ou encore s'informer sur des projets culturels et associatifs. Une buvette associative et alternative qui ressemble peu à ce qu'on a l'habitude de trouver à Genève.
Si la majorité des clients sont des jeunes entre 20 et 35 ans, Iago Cruz-Aizarna, coordinateur A la Pointe, n'en revient pas de la mixité sociale et des touristes. «On a des jeunes, des vieux, des familles, des banquiers en after work et des gens beaucoup moins aisés.»
Mais qu'est-ce qui attire tous ces gens? «A part le sourire de nos équipes? s'amuse Patrick Naef, président de l'ARVe. D'abord, un lieu paradisiaque et tranquille, ensuite une offre culturelle gratuite et de qualité peu égalable à Genève, un lieu de baignade mais aussi une carte parmi les moins chères de la ville.»

Ascension
Si la buvette A la Pointe a su se faire une place et jouit aujourd'hui d'un certain succès, les débuts n'ont pas été faciles. «Il a fallu se battre et convaincre les autorités de notre légitimité», se rappelle Iago Cruz. La première saison en 2011, la buvette est un petit bar, classique, avec des activités culturelles et de la musique. L'équipe, entièrement bénévole, bosse d'arrache-pied en amont et réalise son projet grâce à des subventions de la ville de Genève. Six ans plus tard, la machine a pris de l'ampleur. Toutes les personnes qui travaillent à la buvette reçoivent un salaire, Iago a été embauché à l'année et la part de financement de la ville ne représente plus que 2% du budget de fonctionnement. Cette année, pour la première fois, la buvette offrira ses services pendant quatre mois, du 15 mai au 10 septembre. «On a fait un superdémarrage, mais cela reste fragile car nous dépendons totalement de la météo, temporise le coordinateur du lieu. L'affluence est là, la légitimité aussi, reste à compter sur le beau temps!» Le week-end, quand le soleil est au rendez-vous, ce sont entre 2000 et 3000 personnes qui se rassemblent sur le sentier.

Culture et social
Il ne faut pas oublier le volet social du projet. A la Pointe 2017 c'est aussi l'intégration professionnelle de jeunes adultes, à travers quatre stages d'un mois proposés à des jeunes en recherche d'expérience et quatre jobs d'été pendant les week-ends, en collaboration avec l'antenne VIA et la ville de Genève. Par ailleurs, l'ARVe a développé depuis 2016 en collaboration avec une autre association, la Barje, le projet de prévention des risques «Lâche pas ta bouée» afin d'anticiper les comportements à risques liés à la consommation de drogue et d'alcool. «On envoie sur le terrain, entre la Pointe de la Jonction et la Promenade des Lavandières, des équipes de "paires" jeunes aux profils similaires à la majorité des usagers, explique Iago Cruz. Avec des bouteilles d eau, des pommes et du matériel de prévention, ils engagent le dialogue et délivrent des messages de sensibilisation. Nous avons reçu des bons échos de la part du public et des partenaires et donc reconduit le dispositif.» Les administrations sont également intégrées à la réflexion de cette démarche.

Défis
Chaque année qui passe apporte de nouvelles choses au projet. L'évolution est constante. L'équipe se professionnalise. Pour Iago Cruz et Patrick Naef, c'est un pari gagnant. «On a dû batailler pour en arriver là. Voir les gens venir en masse et être fidèles à l'endroit, ça nous confirme que toute cette énergie déployée en valait la peine.» L'association n'est pas au bout de sa créativité et a des idées plein la tête, mais avant d'investir dans autre chose, il va falloir sécuriser les finances de la buvette. «Ce qui est sûr, c'est qu'on commence à être serrés, explique Patrick Naef. Le projet du parc de la Jonction va être déterminant pour nous élargir.»

Manon Todesco

A la Pointe
Sentier des Saules 27
1205 Genève
Jusqu'au 10 septembre
Du lundi au jeudi et dimanche: 13h-21h30
Vendredi et samedi: 13h-22h.
Tous les mardis à 18h30: Yoga
Mercredis 16h-20h: animations associatives
Week-end 15h-19h: concerts
Programme sur http://www.arv-ge.ch/

 

 

Edition n° 32/33 du 9 août 2017

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page