Plus de 1000 signatures pour les électriciens
Dans le cadre de la campagne Attention électriciens sous tension le comité d'action a remis sa pétition

«Je ne peux malheureusement pas vous recevoir au Château qui est encore en rénovation, notamment au niveau de ses installations électriques», s'excuse Vincent Grandjean, le chancelier d'Etat vaudois. C'est devant le bâtiment que la remise de pétition a donc lieu, en petit comité. Laurent Tettamanti, secrétaire syndical d'Unia Lausanne, rappelle les revendications des électriciens vaudois. A savoir: l'augmentation des salaires effectifs de tous les travailleurs et des indemnités pour les repas, la majoration du salaire horaire pour le travail du soir, de nuit et du samedi, le paiement correct des temps de déplacement. «C'est une branche peu valorisée, alors qu'elle nécessite beaucoup de formation, et comprend de nombreux risques», souligne le syndicaliste. «Les électriciens sont les parents pauvres de la construction.»

Temporaires à la pelle
Par cette pétition, à l'aube du renouvellement de la convention collective de travail (CCT), le Comité d'action des électros vaudois souhaite sensibiliser les autorités, car les problèmes ne se retrouvent pas que dans le privé, mais aussi sur de nombreux marchés publics. «Les employés temporaires sont souvent plus nombreux que les fixes et constituent même jusqu'à 80% du personnel. Dans cette guerre des prix, les marges sont très faibles, même dans le cadre du chantier du Parlement vaudois, et les délais mettent la pression sur des travailleurs, de surcroît pas toujours qualifiés, avec des risques pour leur sécurité et celle des autres. Sans compter les conséquences sur la qualité des installations. Il y a un manque d'encadrement, un non-respect de la Loi sur le travail, et de la CCT.»
Vincent Grandjean va ainsi remettre la pétition et relater les doléances exprimées par le comité au Conseil d'Etat. Le chancelier souligne que les autorités sont conscientes du problème, et que le patronat semble partager certaines analyses émises par le syndicat. «Cette pétition arrive au bon moment, et concerne a priori plusieurs départements au vu de leur programme d'investissement. Du travail il y en a, et il y en aura.» Et de conclure avec les remerciements d'usage. «Bravo pour votre pugnacité!»
Trois heures plus tard, à la pause de midi, pour appuyer leurs demandes, des électros ont lancé simultanément des fumigènes rouges depuis leurs chantiers.

Aline Andrey

Plus d'informations: www.electros-vaudois.ch

 

 

Edition n° 51/52 du 20 décembre 2017

 
Imprimer l'article
 
Haut de la page