Fribourg durcit sa lutte contre le travail au noir

photo de chantier - échaffaudage
© Neil Labrador

Le travail au noir pèse dans le canton de Fribourg près d’un milliard de francs.

A partir du 1er janvier, les entreprises qui décrocheront un marché public dans le gros œuvre devront être en possession d'une carte professionnelle. Unia salue la mesure

Le travail au noir dans le secteur principal de la construction est un véritable fléau sur lequel le canton de Fribourg a décidé de mettre la priorité. Lors d'une conférence de presse le 12 décembre, réunissant le Conseil d'Etat, les employeurs et le syndicat Unia, un plan d'action a été dévoilé. «Le travail au noir perturbe la bonne concurrence économique, désavantage les travailleurs et diminue les recettes pour les assurances sociales et l’administration fiscale», dénonce un communiqué de presse commun, qui insiste sur le coût que cette fraude représente: près d'un milliard de francs juste pour le canton. 

Pour y remédier, la première mesure phare consiste à instaurer, dès le 1erjanvier prochain, l'obligation pour les entreprises du secteur de détenir une carte professionnelle afin de pouvoir décrocher un marché public. Le but? Ecarter les entreprises qui ne respectent pas les règles du jeu afin de mieux protéger les maçons du dumping et d’assainir le marché. Concrètement, tous les collaborateurs présents sur le chantier devront se munir de cette carte – délivrée par la commission paritaire –, attestant de la régularité de leur situation, avec leur photo et le nom du patron à l'appui. De plus, elle sera dotée d'un code qui pourra être scanné par les divers inspecteurs susceptibles de les contrôler.

Quatorze autres mesures ont été discutées au sein d'un groupe de travail tripartite chargé de mener une réflexion sur la lutte contre le travail au noir. Outre la mise en place de la carte professionnelle, on peut signaler la fermeture des chantiers illégaux, la collaboration interservices avec les commissions paritaires ou encore la création d’un groupe d’inspecteurs spécialisés.

Aller plus loin

Unia salue l'initiative. «Il est très important qu'une telle mesure soit mise sur pied, réagit Armand Jaquier, secrétaire régional d'Unia Fribourg. Désormais, l'Etat devra vérifier que les entreprises respectent les conventions collectives de travail. Quant à ces dernières, elles devront fournir les documents attestant le bon paiement des assurances sociales.» Cela dit, pour le syndicaliste, il ne s'agit que d'un premier pas. «Pour venir à bout du travail au noir, il est tout aussi capital de limiter la sous-traitance.» Si le sujet a bien été abordé au sein du groupe de travail, il n'est pas encore à l'ordre du jour. «Il y a une volonté de tester cette première mesure et d'en tirer un premier bilan.» Enfin, si la carte professionnelle concerne pour l'instant uniquement les chantiers gérés par le canton, Unia espère que ce projet fera des petits. «Nous aimerions que cela s'applique petit à petit à tous les chantiers, publics comme privés, souligne Armand Jaquier. De même, l'idée est que cela s'étende aux autres branches de la construction, notamment le second œuvre.»