Implenia annonce la suppression de 250 emplois en Suisse

Casques Implenia.
© Neil Labrador

Dans un communiqué de presse du 27 octobre, le groupe de construction Implenia a annoncé vouloir procéder à la restructuration de ses activités, et donc à des licenciements massifs en Europe. En cause, des pertes d’environ 70 millions de francs attendues pour 2020, notamment dues au coronavirus. Sur les 2000 postes biffés d’ici à 2023, 250 concernent la Suisse. «Implenia assumera sa responsabilité sociale et s’efforcera de limiter le plus possible le nombre de licenciements», assure la plus grande entreprise de construction du pays, qui prévoit d’opérer cette réduction de postes par des fluctuations naturelles, notamment le non-remplacement des départs.

Unia, qui a tout de suite réagi à ces annonces, demande à Implenia de renoncer aux licenciements et de tout mettre en œuvre pour préserver les emplois lors de cette restructuration. Dans un communiqué de presse, le syndicat invite aussi Implenia à trouver des solutions alternatives pour les travailleurs de la construction dont les emplois sont supprimés. «Au vu de la pénurie croissante de personnel qualifié, cela devrait être possible. La conjoncture de la construction semble bonne à moyen terme en Suisse, aussi bien dans le secteur du génie civil que du bâtiment.» Et si, malgré tous les efforts entrepris, des licenciements devaient être inévitables, Unia exige qu’Implenia soutienne les personnes concernées avec un plan social «exemplaire».

Pour le syndicat, une entreprise de la construction doit construire et non pas maximiser les dividendes. «Implenia est une entreprise qui possède une fière tradition», reconnaît Unia qui indique que dans le passé, la société s’est opposée avec succès à la reprise par des hedge funds, ces derniers plaçant leurs objectifs de rendement à court terme au-dessus des intérêts à long terme de l’entreprise. Unia souhaite «qu’Implenia reste à l’avenir une entreprise solide et qu’elle fasse passer sa responsabilité envers ses employés avant les objectifs de rendement à court terme des actionnaires».