Jackpot pour Amazon

La crise sanitaire du Covid-19 est en train de mettre le monde à terre. Mais comme dans toutes les crises, quelques-uns arrivent à tirer leur épingle du jeu. Parmi eux, sans surprise, le géant Amazon, dont le cours a explosé en Bourse ces dernières semaines alors que celui des grandes entreprises est en chute libre. A l’heure où la récession menace l’économie globale, Amazon surfe sur la vague du profit. En grand sauveur des populations confinées privées d’achats, Amazon répond à toutes les pulsions des consommateurs, plus ou moins – plutôt moins – vitales. Alors que les commerces locaux ont été contraints de fermer leurs portes, préoccupés de savoir s’ils s’en relèveront, Amazon se gave. Et pour preuve, le leader de la vente en ligne n’a jamais eu autant besoin de personnel en cette période de l’année, à tel point qu’il prévoirait d’embaucher 100 000 intérimaires aux Etats-Unis...

Et les travailleurs dans tout cela? Selon les syndicats, leur santé est clairement en danger. En France, dans les entrepôts où des centaines, voire des milliers de salariés se côtoient, les consignes de sécurité ne sont pas, et ne peuvent pas être, appliquées à la lettre. Dans un article de Reporterre du 23 mars, des employés expliquent être collés les uns aux autres et croiser entre 15 et 20 personnes à la minute. Sur un site près de Douai, les masques distribués sont des masques à poussière, le gel hydroalcoolique n’est disponible que sur les tables des managers et les gants ne sont pas prévus… Certains employés sont par ailleurs en contact étroit avec les routiers qui acheminent des marchandises depuis les quatre coins de l’Europe. Sans oublier les livreurs, qui ont vu leur nombre de clients parfois doubler en une journée. «Je ne vois pas l’intérêt de prendre des risques pour distribuer des vêtements, des taies d’oreiller ou des jeux vidéo, explique l’un d’entre eux dans l’article en question. Je n’ai pas le droit d’aller voir ma famille ni mes amis, par contre, je dois livrer 90 clients dans la journée, toucher 90 interphones, portes, etc. Ça n’a aucun sens.»

Sous le feu des critiques, Amazon a dernièrement annoncé que la priorité serait donnée aux produits dits essentiels en France et en Italie et que les livraisons en mains propres seraient suspendues. Pour le reste, il sera toujours possible d’acheter tout et n’importe quoi, mais il faudra simplement attendre quelques jours de plus… Pas de répit, donc, pour les travailleurs, qui sont de plus en plus nombreux en France à manifester leurs inquiétudes et à exercer leur droit de retrait pour des raisons sanitaires, sachant que des cas de Covid-19 ont été avérés sur certains sites et que ces derniers n’ont pas été fermés! De son côté, Amazon assure respecter toutes les mesures de sécurité et menace de ne pas payer ces collaborateurs. Le bras de fer est entamé. Il ne faudra pas compter sur le gouvernement, à la botte du champion de l’évasion fiscale, pour aider les employés au front. Cette responsabilité revient aux consommateurs, qui, derrière leur écran, ont bien plus de pouvoir qu’ils le croient.