Pour un syndicalisme écologique

Le 27 février l’Union syndicale vaudoise (USV) et la Grève du climat Vaud invitent à une soirée de discussion et de réflexion autour du manifeste vaudois pour la «Grève pour l’avenir» du 15 mai prochain et des liens entre syndicalisme et écologie. De nouveaux droits pour les travailleurs doivent s’inscrire dans «une logique de décroissance temporaire et nécessaire», indiquent les organisateurs. «Notre objectif n’est pas de faire payer le prix des dégâts environnementaux aux salariés par des taxes sur la consommation ou l’essence, mais plutôt de taxer directement les entreprises qui détruisent la planète.» S’ensuivent de nombreuses propositions: une baisse du temps et des rythmes de travail, sans réduction de salaire et avec embauches correspondantes, un soutien aux activités durables et à la transition professionnelle assurant le plein-emploi, le développement des services publics socialement utiles et écologiquement durables (logement, énergie, santé, formation), l’encouragement de la mobilité douce, un changement immédiat des politiques d’investissement des caisses de pension vers des secteurs éco-responsables, entre autres. Et les militants d’ajouter dans leur invitation: «Toutes ces pistes, et d’autres encore, nous devons les explorer ensemble et les transformer en luttes dans nos lieux de vie, de travail et de formation, avec comme objectif une gestion plus démocratique et écologique des moyens de production et des services, dans l’espace et le temps.»

Discussion sur la Grève du 15 mai, jeudi 27 février, 20h, Maison du peuple (place Chauderon 5, salle Jean-Villard Gilles), Lausanne.