assurances sociales

L’ubérisation en procès à Genève

Grève de chauffeurs sous-traités par Uber en décembre 2017.
© Thierry Porchet

En décembre 2017, les chauffeurs sous-traités par Uber avaient fait grève pour dénoncer leur situation. Les négociations, puis la médiation ouverte avec le Conseil d’Etat, ont échoué, d’où le recours à la justice. Quinze chauffeurs ont joint leur cause dans cette procédure.

Des chauffeurs Uber, recrutés via Pégase Léman, demandent à être reconnus comme des salariés et exigent 130000 francs d’arriérés de salaires. Les audiences de débat débuteront le 20 avril