Des revalorisations salariales pour les peintres jurassiens

Peintre au travail.
© Neil Labrador/archives

«Désormais, le taux d’occupation et des jours de travail fixes seront précisés dans le contrat de travail. Il n’y aura plus de travail sur appel» a souligné Bruna Campanello, membre du comité directeur d’Unia.

La nouvelle CCT couvrant la plâtrerie-peinture dans le Jura va augmenter les salaires effectifs de 150 francs tout en permettant de mieux accorder travail et vie privée

Une nouvelle Convention collective de travail (CCT) s’appliquera à la branche de la plâtrerie-peinture en Suisse alémanique, dans le Jura et au Tessin. Après six tours de négociations, les partenaires sociaux ont conclu un accord le 9 février pour renouveler cette CCT bénéficiant à quelque 15500 peintres et qui couvre le canton du Jura et le Jura bernois. La conférence professionnelle d’Unia a approuvé le résultat des négociations le 19 février et, mardi dernier, ce fut le tour de l’Association suisse des entrepreneurs plâtriers-peintres. Le nouveau texte sera valable trois ans et entrera en vigueur lorsque le Secrétariat d’Etat à l’économie aura prononcé une déclaration de force obligatoire de la CCT. Soit au plus tard à l’automne, juge Bruna Campanello, membre du comité directeur d’Unia.

«Les négociations ont été très difficiles, ne cache pas la responsable du secteur Arts & métiers du syndicat. Nous sommes toutefois parvenus à augmenter les salaires minimums et mensuels, ainsi qu’à réglementer le travail à temps partiel. En Suisse alémanique, il y a beaucoup de femmes travaillant dans la peinture, mais qui sont poussées à quitter la branche au bout de quelques années en raison des difficultés à concilier vie professionnelle et vie familiale. Désormais, le taux d’occupation et des jours de travail fixes seront précisés dans le contrat de travail. Il n’y aura plus de travail sur appel. Ces nouvelles conditions d’engagement ne concernent pas uniquement les femmes ni la famille, les hommes aussi pourront en profiter pour concilier, par exemple, formation ou sport. C’est un pas en avant.» En permettant de mieux accorder travail et vie privée, la CCT fait figure de pionnière dans les métiers de la construction.

Hausse graduelle

Sur le plan des rémunérations, les salaires effectifs seront graduellement augmentés de 150 francs par mois d’ici à 2025, alors que les salaires minimums progresseront de 75 à 100 francs, suivant la catégorie, d’ici à cette date. Une nouvelle règle pour l’indemnité journalière de maladie entraînera, en outre, une hausse salariale indirecte puisque désormais les employeurs prendront en charge le paiement de la moitié de la prime. Quant au congé paternité, il sera indemnisé à 100%.

Par contre, l’indemnité pour le repas de midi ne sera pas revalorisée. Et le temps de déplacement non rémunéré jusqu’à 35 minutes ne sera pas supprimé. Il s’agissait de deux revendications des travailleurs. Les partenaires sociaux ont cependant convenu que d'ici à fin 2023, la Commission professionnelle paritaire centrale dans l’industrie de la peinture et de la plâtrerie rédigera des recommandations sur l'indemnité pour le repas de midi et sur la manière de documenter le temps de déplacement, qui seront reprises dans les négociations de la prochaine CCT.