A l’appel d’Uniterre, des paysans ont manifesté à Genève

En écho aux mobilisations des agriculteurs européens, des paysans suisses ont exprimé, le 3 février, leur colère et leurs revendications à Genève.
© Olivier Vogelsang

En écho aux mobilisations des agriculteurs européens, des paysans suisses ont exprimé, le 3 février, leur colère et leurs revendications à Genève.

En écho aux mobilisations des agriculteurs européens, des paysans suisses ont exprimé, le 3 février, leur colère et leurs revendications à Genève. Une trentaine de tracteurs ont ainsi convergé jusqu’à la plaine de Plainpalais, à l’appel de l’organisation Uniterre. Celle-ci s’est insurgée contre les traités de libre-échange et les rapports de force inégaux sur le marché qui font que le travail paysan n'est pas équitablement rémunéré. «Cette politique de la Confédération tue l’agriculture paysanne», a-t-elle alerté, rappelant que deux fermes disparaissent chaque jour. Dans un communiqué, l’organisation propose une série de mesures pour assurer la pérennité économique des fermes, dont: une hausse des prix à la production de 10%; une pleine rémunération des prestations; une simplification du système des paiements directs; des délais pour la mise en place des exigences pour pouvoir amortir les investissements; un renforcement de la protection douanière pour contrer le dumping social, économique, environnemental et les traités de libre-échange; la transparence sur les marges tout au long de la filière; des prix à la production qui ne se situent pas en-dessous des coûts en tenant compte d’une rémunération de 40 francs par heure; des contrats qui déterminent les prix, la quantité, la qualité, le paiement d’acomptes et le calendrier de livraison à l’avance; un budget agricole augmenté de 5% de 2026 à 2029 et une révision du système des paiements directs, en concertation avec les paysans, dès 2030.

Le même jour, une action semblable a eu lieu à Bâle-Campagne. D’autres pourraient suivre…

Aline Andrey