Lonza: les syndicats exigent des garanties

«La vente de la division spécialités chimiques (LSI) de Lonza à un consortium international des sociétés financières Bain Capital et Cinven n’augure rien de bon.» Les syndicats Unia et Syna, dans un communiqué commun, font part de leur inquiétude, soulignant que «les sociétés de capitaux sont davantage connues pour la recherche du profit à court terme que pour une politique d’investissement durable». «Pour les emplois et les conditions de travail, cela a souvent d’importantes conséquences négatives», déclare Teresa Dos Santos Lima-Matteo, responsable de la branche de l’industrie chimique et pharmaceutique d’Unia. Cette reprise devrait avoir lieu durant le second semestre 2021. Mais les conséquences sur les quelque 2800 personnes employées par cette division, réparties sur 17 sites dont deux en Suisse, ne sont pas encore connues. Les syndicats demandent donc des garanties pour les emplois sur les sites de Viège et de Bâle pour les dix prochaines années au moins; le maintien de la convention collective de travail; une transparence totale sur le projet de vente (calendrier, businessplan, stratégie à court, moyen et long termes); la consultation des syndicats, de la commission du personnel ainsi que de l’ensemble du personnel; la garantie des droits acquis et des prestations actuelles fournies par les caisses de pension. Une pétition de solidarité est lancée.

Signer la pétition sur: wallis.unia.ch/petition-lonza