Antisyndicalisme chez Novartis en Inde

Depuis quelques années, les travailleurs employés par la société pharmaceutique suisse Novartis en Inde subissent des violations de leurs droits alors que la direction locale refuse de rencontrer le syndicat pourtant présent de longue date.

L'affilié suisse d'Industriall Global Union, Unia, et l'organisateur de campagnes suisse Multiwatch unissent leurs forces pour soutenir les collègues syndiqués indiens.

Depuis sa création en 1984, le syndicat indien Novartis Employees Union (NEU) connaissait une relation constructive avec la direction. En janvier 2017, le syndicat et la direction ont signé un mémorandum de conciliation par lequel les deux parties s'engageaient à se rencontrer trois fois par an pour régler leurs différends. Non seulement, la règle n'a pas été suivie, mais la direction a tenté de changer unilatéralement les conditions de travail plutôt que de passer par la procédure de négociation collective établie.

Le mémorandum est arrivé à expiration en décembre 2018 et le NEU a déposé un nouveau cahier de doléances en mars 2019. Mais, à ce jour, la direction refuse toujours de rencontrer le syndicat pour poursuivre la négociation collective.

Pour tenter de briser le syndicat, la direction a manipulé le système d'évaluation afin de l'utiliser de manière répressive contre les travailleurs syndiqués, et même pour justifier des licenciements abusifs. Elle a aussi informé la presse de licenciements à venir avant d'en aviser les intéressés ou le syndicat. A l'opposé des déclarations publiques du président du conseil d'administration de Novartis, la direction indienne s'est servie de la pandémie de Covid-19 pour procéder à des licenciements en masse.

Le syndicat dit avoir tout tenté pour renouer les relations et rétablir la confiance, mais que la direction continue à enfreindre les protocoles qu'elle a signés et à ne pas honorer les accords et engagements écrits.

Dans une lettre commune avec le syndicat suisse Unia et l'organisation de défense des droits de l'homme Multiwatch, Industriall exhorte le P-DG de Novartis en Suisse à intervenir et «à agir auprès de la direction en Inde et lui rappeler les engagements sociaux pris à l'échelle mondiale par le groupe Novartis. Ces violations entachent gravement l'image de Novartis. Or, avec votre intervention, cette tache peut être effacée, et nos organisations sont prêtes à vous épauler pour ce faire».

Industriall Global Union