«Les femmes migrantes sont dans un angle mort de nos politiques»

Femme nettoyant une salle de bain.
© Thierry Porchet

Les femmes migrantes se retrouvent très souvent dans des emplois peu valorisés, dans les services ou les soins, même si leurs qualifications sont supérieures. Celles n’ayant pas de qualification sont confrontées à une grande précarité.

Les migrantes sont les grandes oubliées des politiques d’intégration. A l’isolement social et aux problèmes de garde, s’ajoute souvent celui de la reconnaissance des diplômes