Objectif Lune

J’y étais devant la télévision qui retransmettait les images du premier homme à avoir foulé le sol lunaire, ce 21 juillet 1969. Je me trouvais derrière le rideau de fer, en Tchécoslovaquie. Les images de la NASA étaient diffusées sous la censure soviétique. L’URSS avait salué l’exploit, qui devait inaugurer une ère nouvelle pour l’humanité!

Mais cela ne s’est pas déroulé comme espéré. Aux USA, l’agence d’Etat avait siphonné une grande partie des finances fédérales pour les missions Apollo et l’armée US était embourbée au Vietnam. Elle devait aussi faire face à l’agitation sociale dans les grandes villes du pays et mater la révolte des communautés noires, en lutte contre la ségrégation raciale. La colonisation de la Lune attendra des jours meilleurs. En Union soviétique, la situation n’était pas plus enviable que celle des quartiers populaires américains. Les Russes avaient aussi leur Vietnam, en Afghanistan. Avec Margaret Thatcher, à Londres et Ronald Reagan à Washington, les Anglo-Saxons s’étaient promis d’en finir avec «l’Empire du mal». Le savoir-faire de la NASA fut utilisé pour le programme de la «Guerre des étoiles», qui devait garantir l’inviolabilité du ciel américain. Des moyens financiers énormes furent engagés pour la militarisation de l’espace. L’URSS, qui n’avait pas la capacité de renchérir, fut acculée à la faillite. Cette rivalité idéologique entre les deux superpuissances de l’après-guerre avait mobilisé les meilleurs scientifiques du monde. Ainsi l’humanité a pris cinquante ans de retard dans la colonisation de l’espace!

Ce rappel des faits devrait nous servir d’avertissement. La guerre froide est de retour, l’agitation sociale aussi. La perspective d’établir une communauté permanente sur la Lune est une idée fascinante pour l’humanité tout entière. Malheureusement, la sagesse n’est toujours pas au rendez-vous. Les budgets militaires sont en hausse partout dans le monde, pour protéger les riches contre les pauvres, qui fuient la misère. Dans ces conditions d’ici bas, la colonisation de la Lune reste un objectif inatteignable!

Jean-Claude Cochard, Les Avants