Tertiaire

Bâtons dans les roues d’Uber et consorts

Application Uber Eats ouverte sur un smartphone pointé sur un livreur à vélo.
© Thierry Porchet

Remise au pas d’Uber et autres plateformes numériques. Genève considère aussi Uber Eats, service de livraison de repas à domicile, comme un employeur avec les obligations inhérentes à ce statut.

La fin de la récréation a sonné pour Uber et d’autres plateformes numériques. Genève exige de ces multinationales qu’elles se plient aux règles du canton, notamment en matière de conditions de travail et de protection sociale. Unia salue cette position et espère qu’elle fera tache d’huile.