Chute inexorable des rentes et écarts préoccupants

Deux bas de laine suspendus. L'un est plein d'argent. L'autre est vide.
© Olivier Vogelsang

Le bas de laine des femmes dans la prévoyance vieillesse reste désespérément maigre face à celui des hommes. Près d’un tiers d’entre elles ne perçoivent aucune pension du 2e pilier. Et lorsqu’elles ont pu cotiser à une caisse de prévoyance, leur rente médiane est deux fois moins élevée que celle des hommes.

L’écart du simple au double des prestations du 2e pilier entre femmes et hommes est à nouveau attesté par l’Office fédéral de la statistique, de même que l’érosion des rentes

Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (OFS) confirment une nouvelle fois le constat de la baisse continue des rentes du 2e pilier et de l’énorme inégalité entre les pensions des femmes et celles des hommes. Publiée la semaine dernière, la «Statistique des nouvelles rentes» perçues par les bénéficiaires ayant pris leur retraite en 2020 affiche des données accablantes.

Ainsi, la rente médiane* du 2e pilier versée pour la première fois en 2020 s’élevait à 1167 francs par mois pour les femmes et à 2081 francs pour les hommes. Une retraitée touche donc 44% de moins qu’un retraité de sa caisse de pension. L’écart est encore plus frappant lorsqu’il s’agit du retrait du capital ou d’une partie de celui-ci. Pour les versements provenant des caisses de pension et des institutions de libre passage, le montant médian était de l’ordre de 150000 francs pour les hommes et de 61282 francs, soit 60% de moins, pour les femmes. L’écart est aussi plus élevé si l’on tient compte uniquement des retraits des caisses de pension: les hommes perçoivent presque 200000 francs et les femmes environ 79000 francs, soit une différence de 121000 francs.

En 2020, près de la moitié des retraités et des retraitées ont touché uniquement la rente tirée de leur avoir de prévoyance. Un tiers environ ont opté pour le retrait du capital, et le reste une combinaison de rente et de capital. Pour cette dernière catégorie, le montant du capital perçu par les hommes est deux fois plus grand que celui des femmes. L’écart pour les personnes ayant opté pour le retrait seul du capital est encore plus marqué: les hommes ont ainsi touché 2,5 fois plus que les femmes. 

Ecart salarial pointé du doigt

Ces chiffres concernent les bénéficiaires d’un 2e pilier. Il est important de rappeler que presque un tiers des femmes ne touchent aucune rente d’une caisse de pension. Ces dernières n’ayant pas cotisé à une telle institution en raison notamment d’interruptions professionnelles, de salaires trop bas ou de travail à temps partiel.

Concernant les écarts importants dans le 2e pilier, l’OFS pointe non seulement le parcours professionnel et familial des femmes, mais également l’inégalité des revenus: «L’écart salarial entre hommes et femmes se traduit directement par un écart dans les prestations de prévoyance professionnelle», écrit l’office, ajoutant que «le travail domestique et familial, qui est plus souvent effectué par les femmes, n’est pas rémunéré et ne se répercute pas sur les prestations de la prévoyance vieillesse».

Baisse de 7,5% depuis 2015

«Les rentes baissent inexorablement et la situation des femmes à la retraite est tout simplement déplorable», commente de son côté l’Union syndicale suisse (USS) après la publication des chiffres de l’OFS. Dans un communiqué, la faîtière des syndicats indique que depuis 2015, la rente médiane de la prévoyance professionnelle, hommes et femmes confondus, a reculé de 135 francs par mois, soit une chute de 7,5%. Elle est désormais de presque 100 francs en dessous de la rente médiane de l’AVS. Cette dernière s’élevant à 1787 francs contre 1692 francs pour le 2e pilier. «Et ce, alors que les caisses de pension se portent mieux que jamais et qu’en 2021, elles ont à nouveau pu atteindre des rendements de plus de 8% en moyenne», proteste l’USS.

La faîtière estime «extrêmement préoccupant» le déficit de rente des femmes dans les caisses de pension et précise que les nouvelles baisses de prestations décidées au Parlement «sont un affront pour les personnes concernées». Cela dans un contexte où toujours plus de retraitées et de retraités ne peuvent plus vivre avec leurs rentes.

Modèle des trois piliers à un carrefour

Pour l’USS, le système de prévoyance helvétique basé sur trois piliers, introduit il y a juste 50 ans, se trouve aujourd’hui à un carrefour. «Les chiffres publiés par l’OFS sont sans équivoque: pour les femmes et les hommes aux revenus faibles et moyens – et donc aux avoirs de 2e pilier plus bas – la seule perspective est de travailler jusqu’à l’âge légal de la retraite pour autant que cela soit possible, puis d’essayer ensuite de s’en sortir avec des rentes insuffisantes.» Elle ajoute que ce sont les personnes partant à la retraite anticipée qui touchent les pensions les plus élevées, soit uniquement celles qui peuvent se le permettre. Et la faîtière syndicale de conclure: «Un relèvement de l’âge légal ne fera qu’accroître cette inégalité. La réforme de la LPP telle que votée par le Conseil national ne tient aucunement compte de cette évolution. Pour l’USS, une chose est sûre: elle se battra pour de meilleures rentes, dans l’AVS, avec une 13e rente, comme dans le 2e pilier, en défendant le compromis des partenaires sociaux. Et elle s’engagera fermement contre AVS 21 qui prévoit un démantèlement des prestations sur le dos des femmes.»

* La rente médiane signifie que 50% des personnes concernées ont touché plus et 50% moins.

Référendum contre AVS 21

La récolte des signatures sur le référendum contre AVS 21 se poursuit. La réforme de notre premier pilier, adoptée en décembre par les Chambres fédérales, prévoit notamment l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans, l’introduction d’un âge de référence couplé à une flexibilité du départ à la retraite entre 63 et 70 ans, et la hausse de 0,4% de la TVA.

Des stands sont organisés par Unia dans de nombreuses villes du pays ces vendredi 28 et samedi 29 janvier.
Pour se joindre aux récoltes, contactez votre secrétariat. Pour signer le référendum, aller sur: rentes-des-femmes.ch