Fribourg: Plus de 8000 signatures pour le salaire minimum

Le 30 novembre, la coalition fribourgeoise pour un salaire minimum a déposé son initiative munie de 8111 signatures. Les syndicats fribourgeois et les partis de gauche ont eu trois mois pour récolter les 6000 paraphes nécessaires. Dans un communiqué, la coalition rappelle que près de 9% des travailleuses et des travailleurs à plein temps n’ont pas assez pour vivre et doivent demander des aides de l’Etat. Elle souligne que, depuis le début de la récolte, le coût de la vie continue d’augmenter, confirmant le bien-fondé de son initiative. De surcroît, «un nombre important d’emplois n’est pas soumis à une convention collective». «Dans de nombreux secteurs, en plus de conditions de travail insatisfaisantes, les salaires horaires sont parfois indignes d’un pays comme la Suisse», dénoncent dans un communiqué commun l’Union syndicale fribourgeoise, Unia, le SSP, Syndicom, Syna, le Parti socialiste, les Vert.e.s et le PSC-Centre gauche. Pour eux, un salaire minimum permettrait «un progrès concret en termes de politique sociale, un pas de plus vers l’égalité salariale, un moyen de lutter contre la sous-enchère salariale, un soutien et un renforcement des conventions collectives». Et de conclure: «Plus que jamais le salaire minimum est indispensable. Les salariés doivent pouvoir vivre de leur revenu. Ce sont eux qui créent la richesse, celle-ci doit être mieux distribuée.»