parascolaire

Plus d’hommes qu’ailleurs, mais toujours trop peu

Les trois éducateurs du Centre de vie enfantine de Chailly.
© Olivier Vogelsang

Medjait, Alexandre et Daniel ont fait le choix d’un métier souvent réservé aux femmes. Un plus pour le Centre de vie enfantine de Chailly à Lausanne, où ils apportent leur sensibilité et leurs compétences. Et un engagement permettant de briser les clichés de genre.

Avec cinq hommes, sur trente-cinq éducateurs et éducatrices, le Centre de vie enfantine (CVE) de Chailly dépasse de loin les statistiques nationales en matière de représentation des hommes dans la profession. Témoignages